Bannière

Accueil > Actu > Appel aux AG : NON aux MASTERS PAYANTS à 4000€ !

Appel aux AG : NON aux MASTERS PAYANTS à 4000€ !

lundi 29 janvier 2018

L’article 13 du préambule de la constitution de 1946 affirme : « La Nation garantit l’égal accès de l’enfant et de l’adulte à l’instruction, à la formation professionnelle et à la culture. L’organisation de l’enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l’État ».

Ces deux principes, de liberté d’accès et de gratuité, sont aujourd’hui remis en cause frontalement par les politiques visant à mettre en œuvre le processus de Bologne de libéralisation économique de l’enseignement supérieur.

L’introduction prévue pour la rentrée prochaine à Nice de masters aux frais d’inscription s’élevant à 4.000 € est symbolique du tournant qu’a pris l’université depuis 2007 et l’adoption de la loi LRU. Nombre de ces masters étaient historiquement proposés par l’université qui assure à travers son offre de formation une mission de service public. La procédure consistant à transformer des masters nationaux gratuits en diplômes d’établissement affublés du label Idex et de frais d’inscription élevés présage ainsi des évolutions futures de l’université.

Simultanément, l’Université de Nice met en œuvre la réforme « ParcoursSup » d’accès à l’université. Là encore, sous couvert de personnalisation et d’accompagnement des étudiants, c’est un renversement complet du modèle d’accès aux études supérieures qui s’opère : ce n’est plus l’étudiant qui s’inscrit dans l’université de son choix mais les universités qui sélectionnent désormais leurs étudiants !

À l’heure où les effectifs étudiants augmentent en moyenne de 2% par an, ce processus de sélection ne réglera aucun des problèmes que le désengagement financier de l’état a créé. Exiger un investissement massif dans l’enseignement supérieur pour offrir des conditions d’accueil décentes aux néo-bacheliers est au contraire notre devoir. L’obtention du baccalauréat, 1er grade universitaire, doit permettre à chaque élève d’accéder à la poursuite d’étude souhaitée.

Ne nous laissons pas voler nos places, nos choix d’études, car ceci n’est que le premier coup de pelle d’un chantier bien plus destructeur qui est à l’œuvre.

Pour défendre un service public d’enseignement supérieur ouvert à tou.te.s, rendons nous aux Assemblées Générales jeudi 1er février :

  • De 12h30 à 14h à Valrose à l’amphi de Biologie.
  • De 17h à 20h à Carlone (amphi à confirmer).

Osez faire entendre votre voix pour ne pas vous voir retirer le droit de choisir votre voie !