Bannière

Accueil > Actu > Appel des étudiants du collectif Sauve ta fac aux directions de l’Université (...)

Appel des étudiants du collectif Sauve ta fac aux directions de l’Université de Nice Sophia Antipolis et de l’Université de la Côte d’Azur

mercredi 9 mai 2018

Depuis une dizaine d’années, nous observons un désengagement massif de l’État vis à vis des universités, ce qui leur force la main pour trouver des financements par tous les moyens possibles, que ce soit par l’IDEX, ou en faisant des économies en accueillant moins d’étudiants avec la sélection.

Nous ne nous satisfaisons pas de cette situation, et nous pensons que la direction de l’université ne s’en satisfait pas non plus. Le président de l’UCA a par exemple l’air extrêmement préoccupé par l’avis du jury international de l’IDEX, et nous sommes nous mêmes inquiets de voir que l’avenir de l’université repose sur l’avis d’une commission aussi crainte que ce jury.

Aussi, nous vous proposons de faire front commun, en demandant avec nous que l’État se réengage, financièrement dans l’université. Afin que les formations qui assurent le “rayonnement international” de notre établissement puissent être un choix libre, plutôt qu’imposées par une contrainte extérieure, et que ces formations puissent être gratuites, que tous les bacheliers qui le souhaitent puissent être accueillis dans des conditions dignes, et qu’il ne soit pas nécessaire d’en sacrifier un pour en sauver un autre.

Nous faisons appel à vos compétences : annoncez nous le budget idéal pour faire fonctionner notre université normalement, et les étudiants feront front commun pour défendre l’obtention de ce budget auprès du gouvernement. Combien faut-il pour ne pas avoir à faire de compromis sur la qualité des formations, pour que les bâtiments soient entretenus correctement, pour qu’assez d’enseignant-chercheurs soient recrutés, pour que tous les bacheliers qui le souhaitent puissent être admis ?

Nous défendrons cette demande avec vous, tant que vous soutenez le mouvement, que vous vous ralliez aux décisions prises en Assemblé Générales et que vous ne pénalisez pas les étudiants qui luttent.
Nous ne sommes pas des ennemis de la modernité, nous sommes des défenseurs du service public, et nous nous opposons avant tout à la loi ORE et aux formations payantes en ce qu’elles sont des aménagements de la mort de l’université publique. Si vous êtes prêts à nous rejoindre dans notre lutte en refusant d’aménager la fin de l’université publique, et en combattant avec nous ces mesures en demandant un avenir pour notre établissement, nous serions ravis de vous compter dans nos rangs.

*** Les étudiants du collectif Sauve Ta Fac ***