Bannière

Accueil > Actu > [Masters payants UCA] Quand SKEMA oppose étudiants français et étrangers pour (...)

[Masters payants UCA] Quand SKEMA oppose étudiants français et étrangers pour justifier la non modulation des frais d’inscription sur critère sociale

vendredi 30 mars 2018

Voici un petit dialogue par email entre l’enseignant du SKEMA que l’Université Côte d’Azur (UCA) a chargé de monter le Master payant MARRES et le business plan de BOOST, et des Enseignants Chercheurs devant intervenir dans le Master MARRES.
A l’origine de la réaction du premier enseignant, un message d’organisation qui mentionnait la possibilité d’une modulation du montant pour l’inscription (de 250 à 4000 Euros) des étudiants français, en fonction de leur revenu fiscal en année -1. 

Enseignant 1 à l’équipe MARRES
XXXX,
j’ai entendu parler de la possibilité de faire des tarifs différents en fonction de la nationalité (c’est à dire moins cher pour les français, voir les européens si besoin (comme on fait dans plein de pays anglophones, d’ailleurs). Avez-vous pris en considération cette solution ?
YYYY

Le 27 mars 2018 à 19:03, Enseignant SKEMA a écrit :
D’après ce que je sais, >>SI<< l’idée d’une modulation des frais d’inscriptions venait à voir le jour, elle ne s’appliquerai[sic] qu’aux étudiants français ou ayant une résidence principale en France (voir étendu à l’UE). Les autres n’auraient pas accès à cette modulation.
A noter que ceci aurait des conséquences sur nos recettes et nos capacités de financement si nous acceptons de nombreux français.
 
Le 28 mars 2018 à 09:52, Réponse enseignant 2 :
Bonjour Enseignant SKEMA,
…..« A noter que ceci aurait des conséquences sur nos recettes et nos capacités de financement si nous acceptons de nombreux français » 
Bien que l’argent soit souvent le nerf de la guerre, honnêtement, je n’aurais jamais pensé lire un jour une telle phrase de la part d’un collègue enseignant….
Bonne journée,
Cordialement
ZZZZ

Le 28 mars 2018 à 11:46, Enseignant SKEMA - a écrit :
Bonjour enseignant 2
Je souhaitais en effet montrer la contradiction de l’approche de modulation des frais de scolarité. Imaginée pour le bien des étudiants français, je pense qu’elle pourrait au contraire leur être néfaste si l’on tire trop sur le système

Voilà une parfaite démonstration du cynisme du système UCA : un enseignant du privé coordonne des enseignants du public et leur explique qu’il vaut mieux laisser des frais d’inscription à 4000 euros pour des étudiants français sinon on serait tenté de prendre plutôt des étrangers qui payent ; et tout ça se passe dans un établissement public !