Bannière

Accueil > Actu > Mobilisation historique des BIATTS contre la casse sociale à l’Université de (...)

RIFSEEP

Mobilisation historique des BIATTS contre la casse sociale à l’Université de Nice

mercredi 21 février 2018

Après les Masters payants de l’UCA retoqués par le CNESER et rejeté par plus de 800 personnels dans une pétition, c’est un nouveau front qui s’ouvre et pas des moindres.

Déclaration intersyndicale

Une centaine de personnels BIATSS (majoritairement du campus Valrose) se sont mobilisés contre la réforme indemnitaire mise en place dans l’établissement et la nouvelle cartographie des métiers, qui visent à baisser les primes et bloquer les évolutions de carrières.

C’est aussi l’opacité des décisions, l’absence de dialogue et de communication, la cartographie fantaisiste des métiers ne correspondant pas aux réalités, la réorganisation des services mettant en danger la bonne marche des missions, que les BIATTS sont venus dénoncer en s’invitant au Comité Technique du mardi 20 février.
En face d’eux, un président jouant la carte de l’incompréhension, et un DRH ne répondant pas aux questions quitte à s’arranger avec la vérité comme l’ont pointé plusieurs collègues lors de ces échanges. La faute venant des syndicats et du service de communication qui n’auraient pas fait leur travail. Le vice-président « RH »pourtant présent et instigateur de la mise en oeuvre de cette réforme, est resté en retrait et ne s’est même pas exprimé.

A la fin de l’action, l’idée d’un appel à la grève a été lancée. Le moyen sans doute pour mobiliser en même temps tous les campus dispersés à travers le département, et montrer que l’Université de Nice c’est aussi les personnels BIATSS, qu’elle ne peut fonctionner sans eux, sans leurs expertises et leurs compétences.

Le bon déroulement de cette réforme indemnitaire n’est pas sans conséquence dans la poursuite de vampirisation de l’Université de Nice par la COMUE Université Côte d’Azur. C’est aussi la sauvegarde d’une Université publique, (quasi) gratuite et ouverte à tous que les personnels BIATSS défendent.

+ Info & tract