Bannière

Accueil > Revue de presse > Nice : 300 étudiants et enseignants-chercheurs ont manifesté ce mercredi (...)

France 3

Nice : 300 étudiants et enseignants-chercheurs ont manifesté ce mercredi contre les masters payants

mercredi 14 mars 2018


Voir en ligne : France 3

Près de 300 étudiants, lycéens et enseignants-chercheurs étaient réunis ce mercredi après-midi sur le site de Valrose à Nice pour manifester contre la réforme de l’Université. Dans leur collimateur : l’instauration de masters payants.


Ils disent non à des masters payants au sein de l’Université Nice-Sophia-Antipolis. Près de 300 étudiants, lycéens et enseignants-chercheurs étaient réunis ce mercredi après-midi sur le site de Valrose à Nice pour manifester contre la réforme de l’Université.

Ils protestent notamment contre les frais de scolarité de 11 nouvelles formations en master, dont le coût s’élèvera bientôt à 4 000 euros. C’est 13 fois plus que le prix actuel.

Ces masters en question, dont le cursus dure deux ans, ont pour but d’attirer les étudiants étrangers - au moins 50% des effectifs. La formation est dispensée uniquement en anglais, et encourage les élèves à partir un semestre à l’étranger.

Une privatisation « à l’américaine »

Les manifestants craignent une dérive du coût de l’enseignement supérieur français, comme en Grande-Bretagne ou aux Etats-Unis. Erwan Philippe, responsable syndical au FSU craint notamment une « marchandisation du savoir ».

De son côté, Jean-Marc Gambodo, président d’Université Côte d’Azur, relativise. « L’Université Nice-Sophia-Antipolis délivre déjà 339 diplômes d’établissement, on parle là de seulement 11 diplômes d’établissement supplémentaires ».

Une pétition lancée en janvier

En janvier dernier, les étudiants et chercheurs avaient déjà lancé une pétition pour contrer ce projet. Le collectif « Sauve ta fac 06 » a même été créé.

« Nous pensons que le fait que l’Université de Nice s’engage dans la voie de la non-gratuité des études, alors que rien ne l’y oblige, va dans la mauvaise direction et constitue une porte ouverte à l’inflation générale des frais de scolarité en France », expliquait la pétition.

Près de 900 signataires avaient répondu à cet appel.