Bannière

Accueil > Revue de presse > Poitiers : blocus reconduit à la faculté des sciences humaines

Centre-Presse.fr

Poitiers : blocus reconduit à la faculté des sciences humaines

lundi 26 février 2018


Voir en ligne : Centre-Presse.fr

Depuis ce matin, palettes et poubelles barrent le porche d’entrée de l’Hôtel Fumé. Le blocus de l’UFR a été voté vendredi en assemblée générale étudiante pour espérer amplifier la manifestation contre la loi Vidal et Parcoursup.

Ils se sont levés à 6h30 ce lundi 26 février 2018 afin de bloquer l’accès à la faculté des sciences humaines de l’Université de Poitiers malgré le froid. Une dizaine d’étudiants entendent exprimer leur colère contre ce qu’ils considèrent comme « un mépris contre les élèves qui va marquer durablement la société ».
Même si l’assemblée générale de vendredi a réuni peu de monde en raison de la fatigue et des vacances, le blocus a tout de même été décidé pour dénoncer « une université à deux vitesses ».

« Parcoursup est une préférence manifeste pour les bons élèves et les riches », estime une étudiante postée derrière la barricade. Dans l’attente d’une « massification du mouvement », les manifestants comptent bien poursuivre les revendications jusqu’aux journées de mobilisation des 15 et 22 mars.
Négociation pour lever le blocus aujourd’hui

De l’autre côté du trottoir, en face de l’entrée principale, des étudiants éconduits regrettent un manque d’information sur la mobilisation et sur le contenu de la réforme. « Je ne pense pas qu’un blocus soit la bonne solution pour se faire entendre », affirme l’un d’entre eux. « Et il faut surtout laisser entrer ceux qui veulent étudier. »

La direction de l’UFR, ne laisse pour l’heure entrer personne, essentiellement pour des raisons de sécurité des étudiants et du personnel. Des discussions sont en cours entre le bureau du doyen, Eric Palazzo, et les manifestants afin de négocier une levée du blocus dès aujourd’hui en échange de la garantie de la dispense d’assiduité pour ces derniers jusqu’au terme de la mobilisation.